VIE FAMILIALE
Saint Cloud,  Algérie,

Je suis né le 18 février 1934 à Saint Cloud Oran Algérie.
 
Église de Saint Cloud
 
Tout petit j' étais un garçon tranquille, n'aimant pas faire de farces à quiconque. Je me sentais plus à mon aise, en compagnie des filles que des garçons. Je les trouvais plus sérieuses, plus tranquilles, moins batailleuses, plus câlines, enfin mieux en tout. À l'école maternelle j'avais déjà ma fiancée, et, je songeais au jour, où, je pourrai avoir une femme et des enfants. J'étais vraiment précoce en la matière.
 
1934-1935, nous habitons ORAN
1935, nous regagnâmes la France, avec le Cargo " SIDI BRAHIM ",et habitâmes à Carcassonne Aude, jusqu'en 1936.
 CARCASSONNE - LaCité
1936, Narbonne, Aude jusqu'en 1937.
1937, nous déménageâmes à Colombier Hérault.
1938, nous partîmes pour Béziers Hérault .  
Août 1938, mon père ayant du flair, sentit la guerre venir et pensa, que l'on serait certainement mieux en Algérie en cas de conflit. Nous partîmes donc pour l'Algérie, avec le " EL MANSOUR ", puis St Cloud.
Fin 1938, déménagement vers Assi-Ameur, ou mon père fit le garde champêtre.
Août 1939, mon père fut mobilisé et partit vers le Maroc, ma mère, mon frère et moi, regagnâmes St Cloud, puis nous le suivimes à Assi-Ameur.
Juin 1940, capitulation de la France, mon père fut démobilisé, et, ouvrit une épicerie à St Cloud.
1942, mon père fut embauché, comme gérant à la ferme Gay, à La ferrière prés d'Aïn T'émouchent. C'est pendant l'été, que je gardai un troupeau, pendant 1 mois. Cela m'apprit à me débrouiller pour faire face aux problèmes, que peut poser un troupeau, d'une vingtaine de moutons, et, de cinq vaches.
En août 1942, nous quittâmes la ferme Gay, pour Aïn T'émouchent, nous vécûmes de petits boulots.
Novembre 1942, mon père fut remobilisé. Nous restâmes à Aïn T'émouchent. Puis, nous rejoignîmes mon père à Baudens, où, il fut affecté à la surveillance des avions passant dans la région.
1943, mon père fut déplacé à Palikao pour faire le même travail, à savoir, veille aérienne dans un poste de gué, Nous le suivîmes.
1944, mon père fut démobilisé, nous regagnâmes St Cloud. Mon père prit un jardin en gérance, acheta un troupeau d'une cinquantaine de moutons à moitié morts, ne tenant plus sur leurs jambes, pour presque rien. En effet ces moutons arrivaient du Maroc, où il devait y avoir la sécheresse, et les troupeaux mouraient de faim. Je redevins berger. Je les soignai tellement bien que deux mois après ceux ci furent magnifiques. Mon père les revendit avec un bénéfice confortable.
1945 Déménagement, direction Aïn T'émouchent, mon père ouvrit un atelier de réparation en tout genre: fer à repasser, machine à coudre, réchauds, mécanicien, électricien, menuisier. Il était capable bien que n'ayant été que deux ans à l'école buissonnière ( c'est ce qu'il disait ) de faire tous les métiers manuels avec succès.
Fin 1946, nous regagnâmes St Cloud pour nous préparer à rentrer en France, en effet mon père sentit que la situation en Algérie se gâtait, et pensa comme en 1938 en France, que la situation n'irait qu'en s'aggravant, et que en cas de conflit en Algérie, on serait sûrement mieux en France.
Janvier 1947, nous retraversâmes la Méditerranée, avec le " EL DJEZAIR ".
L'arrivée à Marseille fut un cauchemar, en effet, habitué à de petits villages tranquilles et silencieux, le bruit à Marseille était pour moi phénoménal. Les Tramways qui grinçaient sur leurs voies, la circulation des véhicules qui pour nous était énorme, me donna un mal de tête à me la cogner contre les murs.
Marseille
Nôtre dame de la garde et le Château d'If.
Heureusement nous quittâmes très vite Marseille en direction de Velaux Bouches du Rhône. Mon père y avait acquis une petite ferme. C'est à ce moment là que je demandai à mon père de ne plus aller à l'école. Ce n'est pas que je n'aimai pas l'école, mais changer sans arrêt, faire une entrée tous les ans dans une nouvelle école, croyez moi cela use un enfant. Je n'ai à l'époque pas encore treize ans.
 Mon père me plaça aussitôt chez un paysan, à Lafare les oliviers, bouches du Rhône, comme garçon de ferme. Je travaillai trois mois pour ma nourriture. A cette époque on était bien heureux de travailler ne serait ce que pour la nourriture. Puis je partis chez un cousin, qui avait des terres, et avec lequel je travaillai quelque temps. J'appris à cette époque, à labourer, à faucher, à planter et à ramasser les fruits et légumes.
Manosque

Juillet 1948, mon père pris une épicerie en gérance à Manosque, Basses Alpes ( en effet en ce temps là les Alpes de haute Provence s'appelait les Basses Alpes ).

Lors de nôtre installation, je traversai un couloir donnant sur l'arrière de l'épicerie, et rencontrai une fille de mon âge. Je pense que cette rencontre fut pour moi un vrai coup de foudre,, elle deviendra par la suite mon épouse. Six mois plus tard, après de timides tentatives d'approches, nous nous sommes fréquentés. Nous avions quatorze ans.

1950, mon père quitta l'épicerie, pour, s'installer dans une campagne à Villeneuve Basses Alpes.

Porte Saunerie

Rue Grande

Église Saint Sauveur
Porte Saunerie

Porte Soubeyran 

Le 02 mai 1950, mon père m'embarque sur la marseillaise, paquebot des Messageries maritimes à Marseille, comme novice, j'ai plus de 16 ans.
 Le 19 octobre 1950, j'embarque sur le "Ville d'Amiens " cargo mixte, comme novice.
 Le 04 juin 1951, j'embarquai sur le " Sagittaire ", cargo mixte, comme novice.
 Le 26 novembre 1951, pendant mon séjour à Marseille, mon Commandant m'accorda une permission de vingt quatre heures pour me marier. Je rentrai à bord quarante huit heures après, prétextant une indisposition, on m'en fit la remarque , mais il n'y eu pas de sanction . Ce mariage avait été , d'ailleurs , compliqué . En effet , nous n'avions pas dix huit ans et, si ma fiancée avait l'âge légal du mariage, il n'en était pas de même pour moi ( les filles étaient considérées comme plus précoce que les garçons par la loi ). Le Président de la république, M Vincent Auriol, me signa donc une dispense d'âge pour que je puisse convoler en juste noce. Les formalités durèrent ainsi longtemps.
Quarante huit heures après, nous reprenions la mer pour la Nouvelle Calédonie, sans que j'ai revu mon épouse. J'aurai pu débarquer, mais n'ayant pas un sou, il fallait bien que je travaille, pour nourrir mon épouse et l'enfant qui devait naître sous peu.
Le 26 décembre 1951, notre première fille Christiane naquit. Nous n'avions toujours pas dix huit ans. J'étais en mer de l'autre coté du monde, prés de Tahiti. Je ne pense pas qu'il soit utile de décrire mon état d'esprit, et la cuite monumentale que je pris, lors du réveillon de Noël. Je bois beaucoup d'eau, trois à quatre litres par jours, mais je suis un très petit buveur d'alcool. Je fus tellement malade que je jurai de ne plus recommencer, promesse que je tins par la suite.
Le 01 août 1952, j'embarque sur le "Gascogne" paquebot.
Le 18 janvier 1953, j'embarque sur " le Compiègne ", Cargo Mixte.
Le 16 Mars 1954, je suis convoqué pour faire mon service militaire, d'une durée de dix huit mois. Cela malgré que je sois soutient de famille, avec un enfant. Je gagnais 250 Frs par mois à la marine marchande et l'état me donna 60 Frs par mois pour nourir mon épouse et ma fille. Je pars donc faire mes classes à Hourtin, prés de Bordeaux, avec un moral pas très brillant. Heureusement mon épouse avait ses parents qui ont été toujours très gentils avec nous, et qui ont su nous soutenir lors de cette période assez difficile.
Le 21 Mai 1954, j'embarque sur le Richelieu.
Le 20 Septembre 1955, Suzanne notre deuxième fille vint au monde, où étais-je ? " en Afrique du nord avec le Richelieu ".
Le 16 Juillet 1956 , je suis affecté sur le E 52 Champenois, Escorteur rapide.
Le 17 Novembre 1957, naquit notre troisième enfant, Robert un garçon. Où suis-je? "En mer en Méditerranée sur l'escorteur rapide " le Champenois ".
Mon épouse vécut chez sa mère , jusqu'en février 1958. Bien qu'ayant un emploi dans la marine marchande, et après dans la Marine Nationale, je n gagnais pas suffisamment d'argent pour pouvoir me payer un loyer. Nous aurions pu, je pense prendre un loyer vers 1955, mais n'étant que rarement à la maison, mon épouse ne voulut pas s'installer toutes seule avec les enfants.
En février 1958, j'arrive à emmener mon épouse et mes enfants à Toulon. Mes revenus ont augmenté, je peux donc désormais payer un loyer, dans un appartement neuf, à Bon Rencontre.
Le 11 juin 1959, je suis affecté sur l'Arromanches, portes avions.
Le 25 Août 1960, un deuxième garçon naquit, notre quatrième enfant, où suis-je? vous n'allez pas le croire," à la maison ". Je suis donc présent à la naissance de mon quatrième enfant. Cela se passe très bien, il n'est pas du tout fripé, il est rose et beau, mon épouse également, en effet l'accouchement n'a pas duré une heure .
Le 1er Octobre 1960, je rentre à l'E A M F Saint mandrier, (École des apprentis mécaniciens de la flotte), au cours de quartier-maître.
Mon appartement devenant trop petit, avec quatre enfants, je n'avais en effet que deux chambres, une pour les parents, une pour deux enfants, le troisième couchait dans la salle à manger. Je sollicitai donc un appartement aux HLM marines.
En février 1961, j'obtins un F4 à la Marquisanne Toulon. Nous vécûmes là jusqu'en 1970.
Le 1 avril 1961, Je rembarque sur l'Arromanches.
Le 1er octobre 1964, je débarque de L'Arromanches, pour aller au cours du brevet supérieur.
Le 1er juillet 1965, j'embarque sur le T 47 Maillé Brézé.
Le 2 septembre 1966, j'embarque sur le Liamone, à Papeete Tahiti.
Le 21 novembre 1967, j'embarque sur l'escorteur d'escadre Duperré.
Le 26 juillet 1968, j'embarque sur l'Aviso-Escorteur Commandant Bory, basé à Diego Suarez (Madagascar).
En novembre 1970, de retour de Madagascar j'achetai un appartement F5, au Lamalgue Michelet àToulon.
Le 15 Février 1971, j'embarque sur l'escorteur rapide E 52, Alsacien, basé à Toulon.
Le 4 Juillet 1972, j'embarque au Centre Auto Principal de la 3 ème région maritime, Toulon.
Le 29 décembre 1973, Christiane (Professeur de Français) épousa Bernard (Professeur de géographie).
Le 29 septembre 1975, J'embarque sur le Marcel le Bihan, bâtiment de soutien logistique au GISMER Toulon.
Le 1er septembre 1976, j'embarque à la Direction du port de TOULON.
Le 9 septembre 1978, mariage de Suzanne comptable aux allocations familiales avec jean Luc comptable à la caissed'épargne.
Le 18 décembre 1978, naquit notre premier petit fils, de Christiane, Jean Sébastien.
Le 9 octobre 1980, Laétitia vit le jour, de Suzanne, première petite fille.
Le 1er janvier 1982, je pris ma retraite.
Le 6 avril 1982, naquit Jean Christophe, deuxième fils de Christiane.
Le 8 novembre 1983, naquit Christelle, deuxième fille de Suzanne.
En 1983, je déménageai à Manosque, où, je fis construire une villa F5, sur un terrain de 2400 m2 appartenant à mon épouse.
Depuis je vis là entre jardin, bricolage, musique, ordinateur, je n'ai pas le temps de m'ennuyer.
Le 27 avril 1985, mariage de Robert (sous officier dans l'armée de l'air ) avec Catherine ( Secrétaire Médicale ).
Le 10 juillet 1985, naquit Christophe, fils de Robert.
Le 31 Août 1985, mariage de Serge ( Technicien électronicien à la DCAN de Toulon ) avec Isabelle ( infirmière ).
Le 13 juillet 1987, vint au monde Claire, fille de serge.
Le 24 novembre 1987, naquit Stéphane, deuxième fils de Robert.
Le 7 février 1990, naquit Anthony, troisième fils de Robert.
Le 18 août 1990, naquit Michaël, deuxième enfant de Serge.
Et pour terminer la liste, du moins je le crois, apparut sur cette terre, le 2 mai 1998 Quentin, troisième enfant de Serge.
Pour récapituler, nous avons eu, quatre enfants, (deux filles et deux garçons ), et, dix petits enfants ( 3 filles et 7 garçons ).
Cela nous fait une belle famille.
Conclusion:
J'ai beaucoup bourlingué avec mes parents, et, j'ai continué dans mon métier. Ma vie familiale fut assez chaotique à cause de ce métier. Il faut reconnaître, que, pour une épouse de marin, la vie n'est pas toujours rose. Trop sentimental, je n'étais pas fait pour ce métier, mais il faut avouer, que, pour un mécanicien qui aime apprendre, la marine a été plein d'enseignements, dans tous les domaines. Je garderai toujours un très bon souvenir, et, un attachement profond pour la marine, malgré les durs moments que nous avons pu y vivre.
La vie continue:
 Le 15 septembre 2007, mariage de ma petite fille Laétitia avec Vincent Favier, à Toulon.
Le 16 mars 2010, Laétitia donne naissance à notre premier arrière petit enfant, Nathan un superbe garçon.
 Le 15 Août 2011, Christelle ma deuxième petits fille qui a un compagnon Nicolas Orlut, donne naissance à notre deuxième arrière petit enfant, Lilly charmante petite fille de 3 kilos.
Le 12 juin 2013, Laetitia donne naissance à notre troisième arrière petit enfant, Elsa, charmante petite fille à Amilly, Loiret 45200, taille 45 cm, poids 2,3 kg.
Le 28 février 2014, mariage de mon petit fils Michael, avec Élodie Benoit à Solliès Pont.
Le 24 aout 2014, Élodie épouse de Michael, donne naissance à Angèlina, charmante petite fille de 2,900 Kg, et 49 cm, mon quatrième arrière petit enfant.
Le 16 mai 2015, mariage de mon petit fils Anthony, avec Amély Gisselman à Salon de Provence.
Le 21 Mai 2015, Amely, épouse d'Anthony, donne naissance à mon Cinquième arrière petit enfant, Etann, à Salon de Provence, charmant garçon de 47 cm et de 2,760 Kg.
Le 29 mars 2016, Christelle donne naissance à un garçon, Max Orlut à la Ciotat. C'est le sixième arrière petits enfants. Poids 3,5 Kg, Taille 51 cm.