CARACTÉRISTIQUES : 
longueur 132,80 m.
largeur 12,70 m.
tirant d'eau 5,40 m.
Déplacement: 3900 T.
2 machines, 2 chaufferie, 2 hélices, 63 000 cv, 34 noeuds
Armement:
Antiaérien: 1 tourelle de 100 AA.
Anti-surface: 4 rampes de missiles pour MM 38.
Anti-sous-marin: 1 catapulte pour torpilles ASM- 1 hélicoptère WG 13 "Lynx".
Équipement:
SENIT- Sonars d'étrave et remorqué à basse fréquence- 1 plate forme et un hangar pour hélicoptère. 
 
Escorteur d'Escadre Duperré
Treizième d'une série de 18 escorteurs d'escadre, le Duperré est mis sur cale à Lorient, en novembre 1954, dans la forme Lanester aux cotés du Maillé Brézé et du Vauquelin. Lancé le 23 juin 1956, il est admis au service actif le 8 octobre 1957.
Conçu dans un premier temps comme escorteur antiaérien, le Duperré, renuméroté A633, servit de bâtiment d'expérimentation de 1967 à 1971. Son nom est associé au projet Cormoran 1 de conception du sonar remorqué à grande profondeur (ce programme sera poursuivi sur l'Aunis sous le nom de Cormoran II).
Le Duperré est ensuite reconverti en bâtiment anti-sous-marin et de commandement à l'arsenal de Brest de janvier 1972 à novembre 1973. Cette ultime évolution des escorteurs d'escadre, dans leur version ASM, est pourvue d'une plate-forme et d'un hangar hélicoptère.
Un grave accident intervient, lorsque le bâtiment touche un haut fond dans le raz de Sein, le 12 janvier 1978 à minuit. Une brèche de 35 mètres est ouverte dans la coque. Il sera réparé notamment grâce aux pièces prélévées sur le La Bourdonnais fraichement désarmé.
Ce fut le dernier escorteur d'escadre a être désarmé, le 1er juin 1992. Il devient le Q691 en décembre 1993. Sa coque sert un temps de brise-lames sur le plan d'eau de l'Ecole Navale à Lanvéoc, avant de rejoindre le cimetière marin de Landevenec. Elle ne servira pas probablement de cible de tir, comme prévu initialement, mais sera démolie. En 2012, sa coque, en attente de démolition, était encore au cimetière marin de Landévennec.
 
Le Duperré avait pour ville marraine, La Rochelle.
 
Remorquage du Duperré, canal de Corinthe (1988).
Bernard Alessanda.
Caractéristiques principales:
Caractéristiques en octobre 1957
Données générales:
Dimensions: 128, 60 (ht) x 12,71 (au fort à la flottaison) x 5 mètresµ.
Déplacement: 3750 tonnes
La coque est pré-fabriquée entièrement soudée et composée de 84 éléments représentant une masse de 1 100 tonnes. Elle est divisée en 17 compartiments étanches répertoriés de A à Q (avant vers arrière).
Détection:
1 radar de veille surface et navigation DRBV-31.
1 radar d'altimétrie DRBI-10B.
1 radar de veille combinée DRBV-22A.
2 radars de conduite de tir DRBC-30, montées sur 2 télépointeurs, l'un à l'avant (spécialement dédié aux 127mm), l'autre à l'arrière (dédié aux 57mm, mais apte au tir CA des 127mm). Outre d'un radar de tir, chacun des télépointeurs est aussi équipé d'un télémètre optique.
Détection ASM : DUBV-1B et DUBA-1B.
Équipage:
19 officiers + 328 officiers-mariniers, quartier-maîtres et matelots.
Énergie - Propulsion:
Propulsion:
4 chaudières, 35 bars 385°C. 4 turbines à vapeur Parsons.
Hélices: 2 hélices à 4 pales fixes
Puissance: 63 000 CV
Énergie électrique:
2 turbo alternateurs à vapeur de 400 kW.
2 alternateurs diesel Renault (puis MGO) de 180 kW.
Vitesse max:
34 nœuds (déplacement normal), 32 noeuds (à pleine charge). Cependant, tous les EE dépassaient largement 36 nœuds aux essais PMP, voire 38 nœuds à feux poussés.
Autonomie:
Distance franchissable: 5000 milles à 18 nds.
Combustible embarqué: 800 tonnes de mazout.
Armement:
6 canons de 127mm antiaérien (II x 3).
6 canons de 57mm antiaérien (II x 3).
2 affuts de 20mm antiaérien (II x 2).
1 lance-roquettes sextuples Bofors (ASM).
6 tubes lance-torpilles 550mm (III x 4) pour torpilles anti-sous-marines (ASM).
 
Caractéristiques en 1980 (après refonte).
 
 
 
Données générales:
Dimensions: 128, 60 (ht) x 12,71 (au fort à la flottaison) x 5 mètres.
Déplacement: 3750 tonnes.
Détection:
1 radar de veille combinée DRBV22A.
1 radar de veille combinée surface/air DRBV50 puis 51A.
2 radars de navigation Decca 1226.
1 conduite de tir DRBC32E (associée à la tourelle de 100mm).
1 sonar de coque DUBV 23.
1 sonar remorqué DUBV 43.
Équipage:
15 officiers + 102 OM + 142 QMM.
Observations:
1 plate-forme hélicoptère pour un 1 helicoptère Lynx WG13; Système d'exploitation navale des informations tactiques Senit 2.
Énergie - Propulsion.
Propulsion/hélices/puissance: Idem 1957
Vitesse maximale: 32 noeuds
Autonomie:
Distance franchissable: 4100 milles ou 11 jours à 15 nds.
Combustible embarqué: 800 tonnes de mazout.
Guerre électronique:
1 détecteur de radar ARBR16.
2 lance-leurres Syllex.
Armement:
1 tourelle de 100 mm Mle 68.
4 missiles Exocet MM38.
2 catapultes pour le lancement de torpilles L5 (8 torpilles).
2 canons de 20 mm.
Duperré D633
L'escorteur d'escadre Duperré en rade de Toulon (mai 1989).
(photo © Franck Lecalvé)
 
Les escales du Duperré
Principales escales et mouillages
1957: La Pallice, Brest, Toulon (port-base), Alger, Porto Vecchio.
1958: Gibraltar, Port Etienne, Dakar, Conakry,Barthurst, Casablanca, Carthagène.
1959: Villefranche, Naples, Bizerte, Malte, Bougie, Alger, Mers el Kébir.
1960: Menton, Cannes, Syracuse, Lisbonne, Gibraltar, Mers el Kébir, Nemours.
1961: Mers el Kébir, Las Palmas, Dakar, Abidjan, Funchal, Malte.
1962: Mers el Kébir, Ajaccio, Naples, Bizerte, Palma de Majorque, Brest, Dunkerque, Anvers, Hambourg, Barcelone.
1963: Brest (port-base), Nantes.
1964: Cherbourg, Portsmouth, Hambourg, Copenhague, Haugesund, Arendal, Oslo, Amsterdam, Saint Malo, Le Havre.
1965: Dakar, Monrovia, Abidjan, Port Etienne, Las Palmas, Narvik, Trondheim, Sognefjord, Göteborg, Aarhus, La Pallice, Port Haliguen.
1966: Lanzarotte, Port Etienne, Dakar, La Corogne, Lisbonne, Hambourg, Belfast, Royan, Cherbourg, Toulon (port-base).
1967: Refonte (bat d'expérimentation).
1968: Ajaccio.
1969: Nice, Valence.
1970: Ajaccio, Nice, Brest, La Pallice, Leixoes.
1971: Nice, Ajaccio, Brest.
1972: Grande refonte.
1973: Grande refonte.
1974: La Rochelle, Ponta Delgada, New-York, Halifax, Brest, Calvi, La Spezia.
1975: Athènes, Corfou, Palerme, Venise, Héraklion, Menton, Casablanca.
1976: Izmir, Salonique, Ponta Delgada, Philadelphie, New-York, Newport, Montréal, Buffalo, Detroit, Halifax, Brest(port-base), Saint Nazaire.
1977: Las Palmas, Lisbonne, Londonderry, Mourmansk, La Rochelle.
1978: Réparation.
1979: Réparation.
1980: Toulon, Calvi, Le Ferrol, Penzance, Santa Cruz de Ténériffe, Casablanca.
1981: Plymouth, La Pallice.
1982: Palma de Majorque, Tanger, La Pallice, Le Ferrol, Las Palmas, Funchal.
1983: Hambourg, Trondheim.
1984: Bordeaux, Cherbourg, Lisbonne, Saint Malo.
1985: Funchal, Dakar, Libreville, Abidjan, Conakry, La Pallice.
1986: Plymouth, Cadix, Funchal, Cherbourg, La Pallice, Toulon(port-base), Augusta, Larnaca, Messine, Saint Cyr sur Mer.
1987: Palerme, Thessalonique, Larnaca, La Sude, Héraklion, Banyuls.
1988: Civita Vecchia, Leixoes, Santa Cruz de Ténériffe, Malaga, Cadix, Aléria, Carthagène, Saint Raphaël, Calvi, Ajaccio, Gibraltar, Banyuls, Constanza, Varna, Istanbul, Santorin.
1989: Barcelone, Cadix, Carthagène, Tunis, Larnaca, Alexandrie, Brest(port-base), La Rochelle.
1990: La Rochelle, Funchal, Mindelo.
1991: Lisbonne, Palma, Port Saïd, Suez, Port Safaga, Djeddah, Djibouti, Augusta.
1992: Bordeaux, Saint Nazaire, La Corogne, La Rochelle.