Une carrière exceptionnelle,
les étoiles pour Hervé Vautier.
Paru dans le bulletin Trimestriel de liaison de
L'ASSOCIATION des OFFICIERS de la MARINE
N° 220 de Mai 2005.

Notre camarade Hervé Vautier a terminé son commandement du Ciram de Brest et sa carrière d'active le 13 Mai 2005 en étrennant ses étoiles de contre Amiral.

La Marine a salué sa promotion et son départ à la faveur d'une cérémonie très émouvante présidée par le Vice Amiral d'escadre Laurent Mérer, préfet maritime de l'atlantique, réunissant sa famille et ses amis au centre d'instruction naval de Brest, là même où, 40 ans plus tôt, notre ami avait passé ses premiers mois de marine à l'école des mousses.

Né le 12 mai 1949 à l'ile de Bréhat, le contre-amiral Hervé Vautier est entré à l'école des mousses le 22 mars 1965. Après une année d'instruction au Groupe Armorique, il choisi la spécialité de manœuvrier et suit le cours du brevet élémentaire de gabier à bord du bâtiment de ligne Richelieu.
 
En 1966, il embarque sur le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc où il est promu quartier-maitre de 2me classe le 1er octobre puis quartier-maitre de 1ère classe le 1er avril 1968. A son débarquement, il est admis à suivre le cours de chef de quart à Lanvéoc-Poulmic.
Promu second maitre le 1er octobre 1969, il sert successivement sur l'escorteur rapide Le Lorrain puis sur le porte-avions Clémenceau avant d'être admis au cours supérieur de chef de quart le 1er février 1971.
À sa sortie du brevet supérieur, il rallie le transport ravitailleur Saintonge en Polynésie pour une affectation d'un an au cours de laquelle il est promu second maitre de 1er classe, puis maître le 1er juillet 1972.
De retour du pacifique, en novembre 1972, il prend les fonctions d'officier en second du bâtiment hydrographe Alidade à Toulon, fonctions qu'il exerce jusqu'en août 1973 où il est nommé instructeur au cours de brevet supérieur de navigateur. le 1er janvier 1974 il est promu premier-maître.
En avril 1976, il quitte l'école de manœuvre et de navigation pour la Nouvelle-Calédonie où il embarque, le 5 mai, sur le patrouilleur La Dunkerquoise comme patron de pont.
Le 29 novembre 1977 il est reçu au concours d'admission à l'école militaire de la flotte, section officiers spécialisés de la marine et promu aspirant. Il rallie l'école le 5 janvier 1978. A sa sortie de l'EMF, le 1er décembre 1978, il est promu enseigne de vaisseau de 2me classe et affecté au CFM Hourtin où il sert durant huit mois comme capitaine de compagnie et officier chargé des relation publiques.
Le 10 août 1979 il prend les fonctions d'officier en second du remorqueur de haute mer Malabar et est promu
enseigne de vaisseau de 1er classe le 1er décembre de la même année.
Nommé au commandement de la gabare de mer Fourmi il est reconnu à ce commandement à Toulon , le 9 septembre 1981 et l'exerce jusqu'au 12 août 1983.
Le 1er septembre 1983, il prend le commandement du groupe des goélettes et de la goélette Belle Poule. Le 1er décembre de la même année il est promu lieutenant de vaisseau.
Quittant le commandement des goélettes, il rallie la Polynésie où, le 2 décembre 1985, il devient le deuxième commandant du moderne et récent remorqueur ravitailleur Rari.
A son retour en métropole, il est affecté à l'école navale où il assure durant quatorze mois la double responsabilité de directeur des études adjoint de l'école de manœuvre et de navigation et de chef de cours du brevet supérieur.
En mai 1988, il quitte le groupe écoles du Poulmic pour prendre la direction du groupement des services exploitation de la direction du port de Brest. Au cours de cette affectation, il obtient les certificats de pilote de port de 1er et 2e degré et est promu capitaine de corvette le 1er septembre 1989.
Nommé au commandement de la direction du port de Papeete, il retrouve, début août 1990, la Polynésie française pour la 3e fois.
Affecté à la direction du port de Brest à son retour de Tahiti, il exerce de nouveau les fonctions de chef de groupement des services exploitations à partir du 7 septembre 1992. Promu capitaine de frégate le 1er septembre 1993, il est ensuite prolongé dans cette affectation comme commandant en second, avant d'en exercer le commandement provisoire du 13 juillet 1995 au 22 février 1996.
Après un passage de quelques mois à l'état major du commandant de la région Atlantique, il est affecté à l'école navale où durant trois années il assume la double responsabilité de directeur de l'enseignement maritime de l'école navale et du groupe des écoles du Poulmic, et de directeur des études de l'école de manœuvre et de navigation.
Nommé au commandement de la direction du port de Toulon , par arrêté du 1er mars 1999, il exerce cette fonction du 22 septembre 1999 au 1er juin 2001, aprés avoir été promu capitaine de vaisseau le 1er juillet 2000.
Commandant le Ciram Brest depuis le 5 juin 2001, le contre amiral Vautier quitte le service actif le 13 mai 2005. Marié et père de deux garçons, le CA Vautier est chevalier de la légion d'honneur, officier de l'ordre nationale du mérite et officier du mérite maritime. Il est également titulaire de la médaille d'argent de la défense nationale.
 
Peu d'élus
L'annuaire des officiers de la marine compte peu d'officiers généraux issus des équipages. Le statut des officiers des équipages de la flotte limitait leur hiérarchie à cinq galons panachés. Outre quelques amiraux " zèbres " du CPOM, et un officier général du CTAM, l'amiral Pierre Léaustic, trois officiers spécialisés seulement ( anciens officiers des équipages ) ont avant Hervé Vautier décroché leurs étoiles : les contre-amiraux Marc Faugère en 1991, Yvon Noé en 1994, et Jean-Claude Allory en 1995. Seul le CA Allory a été promu pour deux ans dans la 1 re section.

Le discours du vice-amiral d'escadre Laurent Mérer
 
Mesdames et messieurs,
 
Nous sommes réunis pour un événement exceptionnel.
Le 1er juillet 1965, le matelot de 3me classe Hervé Vautier entre à l'école des mousses, ici même, sur le site de l'ancienne école navale de Saint Pierre .
Aujourd'hui, 40 ans plus tard, le contre amiral Vautier quitte le service actif à l'issue d'une carrière en tous points remarquable. Je tient à marquer solennellement cet événement.
Tout d'abord pour vous rendre hommage , amiral, vous féliciter pour ce parcours magnifique, vous remercier pour toutes ces années de dévouement au service de la marine.
Ensuite pour montrer aux jeunes générations, à ceux , mesdames et messieurs les maistranciers, le parcours exemplaire d'un de leurs anciens.
Le 1er juillet 1965, vous entrez donc dans la marine. Au delà de la diversité et de la richesse de vos affectations, je retiens trois traits marquants de votre carrière : la mer, le commandement et le dévouement.
La mer d'abord.
Pour un marin, vous me direz que c'est naturel. Si ce n'est que vous avez choisi l'une des spécialités les plus maritimes qui soit, celle de manœuvrier, puis celle de navigateur. Votre carrière sera donc façonnée par cette intimité avec la mer et les éléments, par la conduite nautique et la manœuvrier des bâtiments. Vous affûterez votre sens marin à bord de 10 bâtiments, du plus petit au plus gros, de l'Alidade au Clémenceau. Sur les 20 premières années de votre carrière, vous en passerez 14 embarqué. Certifié pilote de port, vous mettrez votre sens de la manœuvre au service des directions de ports de Brest, Toulon et Papeete. Vous dirigerez aussi l'école de manœuvre et de navigation et vous transmettrez votre flamme au plus jeunes. Pour cette carrière tout particulièrement maritime je vous dis <<bravo>> .
Après la mer le commandement.
Vous vous êtes engagé dans une spécialité dont l'essence même est d'assurer la permanence du commandement d'un bâtiment à la mer. Vous développerez votre gout des responsabilités d'abord comme chef du quart puis comme commandant.
Vous commanderez la gabare Fourmi, la goélette Belle Poule et le remorqueur ravitailleur Rari .
Par la suite, dans la deuxième partie de votre carrière, vous ne recevrez que des postes de commandement ou de direction : Dp Papeete, DP Brest, DP Toulon, Ciram de Brest.
Pour votre goût des responsabilités et votre capacité à les assumer pleinement et sereinement, je vous dis <<chapeau>>.
Troisième trait marquant, le dévouement au service de la marine.
Vous aurez servi dans presque tous les grades de matelot de 3me classe à contre amiral avec le même dévouement et la même passion du métier. Vous aurez juste <<sauté>> les grades de maître principal et de major. Vous aurez , par votre travail, votre volonté, votre persévérance, cherché à progresser, à développer votre savoir, votre savoir faire, votre savoir être, pour le plus grand profit de la marine. Pour votre dévouement au service de la marine nationale je vous dis <<merci>>.
Je souhaite maintenant m'adresser à vous, mesdames et messieurs les élèves de l'école de maistrance. vous allez quitter le CIN, après 4 mois de formation, pour rejoindre vos écoles de spécialité. J'évoquais à l'instant la spécialité de navigateur que je qualifiais de très maritime. Mais ce n'est pas la seule. Toutes les spécialités de la marine sont maritimes, à des degrés divers, parce que vous êtes avant tout des marins.Toutes les spécialités de la marine sont passionnantes et vous avez, chacun d'entre vous, quelque chose à y apporter.
Vous êtes au début de votre carrière dans la marine,Vous vous apprêtez à devenir officiers mariniers. Vous allez constituer l'ossature de la marine, les deux tiers de son personnel. Je vous félicite de votre choix et de votre engagement. La marine a besoin de vous.
Vous aurez des carrières très diverses, fonction des choix , mais aussi des hasard de la vie. Certain souhaiteront partir après quelques années. D'autres encore partiront maîtres principaux ou majors. D'autres enfin aspireront à plus de responsabilités. Ils aspireront à devenir officier.
A vous tous, que vous en ayez déjà l'ambition, ou qu'elle naisse plus tard, je dis qu'il est possible dans la marine, d'avoir une carrière aussi remarquable que celle de l'amiral Vautier. C'est possible parce que la marine a mis en place depuis longtemps des dispositifs de promotion interne. La marine est persuadée que c'est un formidable outil d'épanouissement professionnel et personnel. Car la marine a besoin de gens bien dans leur peau, bien dans leur métier, exerçant pleinement leurs responsabilités, au bon niveau.
Mais cette progression ne se fera pas toute seule. Elle ne se fera pas sans effort personnel de votre part. L'amiral Vautier a fait fructifier son talent. Comme lui, si vous en avez l'ambition, faites fructifier votre talent : Par votre travail, par votre engagement personnel, par votre sens du service, par votre persévérance.
Pour terminer sur ce chapitre, je citerai un passage de l'ordre du jour de l'amiral Louzeau, chef d'état major de la marine en juillet 1988, au moment de la fermeture de l'école des mousses :<< Un ancien mousse se reconnaît longtemps, même après sa sortie de l'école, à son sens du service, son esprit de discipline, sa conscience professionnelle, son adaptation à la mer. On rencontre dans tous les grades d'officiers mariniers, parmi de très nombreux officiers, officiers supérieurs, et jusque dans les hautes fonctions civiles, d'anciens mousses unis par leur origine commune , et fiers de leur école >>.
Toutes ces qualités, vous les retrouverez chez l'amiral Vautier. Cultivez les vous aussi, tout au long de votre carrière, car l'école de maistrance a hérité des valeurs, des traditions et du drapeau de l'école des mousses. Vos anciens attendent beaucoup de vous. Faite preuve de volonté et saisissez les opportunités, vous servirez la marine en vous épanouissant personnellement et professionnellement.
Je vous engage donc à donner le meilleur de vous même et vous souhaite bon courage. Profitez de votre chance. Vous avez déjà de l'avance sur le matelot de 3me classe Vautier. Vous serez déjà très bientôt second maître, trois grades d'avance !
Amiral, je me tourne de nouveau vers vous pour conclure. J'ai souhaité m'adresser devant vous à ces jeunes marins : Quel bel exemple vous êtes pour eux ! Quel plus beau témoignage que d'évoquer devant eux votre carrière exceptionnelle ! Quel plus bel hommage vous rendre que de leur dépeindre les qualités dont vous avez fait preuve pour arriver jusqu'ici aujourd'hui ! Contre amiral vautier, ici au CIN de Brest, entouré de votre famille et de vos amis, en présence de vos camarades de l'école des mousses que j'ai plaisir à saluer, en présence aussi de l'un de vos anciens, que je salut amicalement aussi, le contre amiral Gabriel Jézégou, comme vous mousse et amiral, et face aux élèves de l'école de maistrance, je vous témoigne publiquement la reconnaissance de la marine et de la nation pour ces quarante années au service de votre pays.
Je vous souhaite encore et toujours bon vent et bonne mer, entre Guidel et Bréhat.