Escorteur rapide L'Alsacien.
L'Alsacien est le 16ème escorteur rapide. Il est surtout le prototype de la série des E52B, avec le mortier quadruple de 305mm à l'arrière qui leur donne leur silhouette caractéristique.
Baptisé le 28 juin 1955, mis sur cale aux chantiers de la DTCN Lorient le 2 juillet 1956, il est lancé le 26 janvier 1957. Cet escorteur est admis au service actif le 27 août 1960, et affecté à 3ème flottille d'escorteurs rapides (FER) basé à Toulon.
 
L'escorteur rapide L'Alsacien à la mer.
(1970 - Photo Collection Christian Sorbière). 
 
Le bâtiment sera modernisé à Toulon en 1962 et 1967 (détection ASM), et effectuera quelques croisières de longue durée dans l'océan Indien (avril à août 1966) ou aux Antilles (mars et avril 1972).
 
En 1975, à quai à Toulon, L'Alsacien est abordé par le destroyer italien Audace, qui lors de sa manœuvre d'appareillage vient s'encastrer dans l'arrière de l'escorteur. Il n'y a pas de blessés, mais les dégâts sont relativement importants, le poste arrière est très endommagé, l'avant de L'Alsacien vient heurter le quai et le dôme sonar est abimé.
 
Autres faits remarquables dans la carrière de ce bâtiment: le 14 octobre 1980, il participe au sabordage du transporteur de gaz grec Gas East en perdition au large de Toulon;
 
le 19 août 1981, il remorque de Marseille à Toulon, le patrouilleur lance-missiles Iranien Tabarzin, détournée par son équipage, réfractaire à la révolution islamique.
 
Le 31 août 1981, la veille de son désarmement définitif, L'Alsacien s'offre un l'ultime galop à puissance maximale. Ces allures étaient prohibées en temps de paix pour ménager la machine, mais ce jour-là, le commandant et le chef mécanicien étaient décidés à tout tenter… Résultat : 29 nœuds. Un record !
 
L'escorteur rapide L'Alsacien voit sa dernière cérémonie des couleurs le 1er septembre 1981. Il est condamné le 22 janvier 1982, sous le n° de coque Q627, et sert par la suite de stock de pièces de rechanges pour les autres escorteurs.
 
Le 21 octobre 1986, L'Alsacien est coulé en Méditerranée par le sous-marin Flore.
 
Cet escorteur avait pour ville marraine Strasbourg, mais en pratique cette municipalité ne se manifestait pas. Du coup, c'est l'Amicale des Anciens Marins de Colmar (AAMC) qui assurait le relais des contacts entre Alsaciens et L'Alsacien. Toutefois, dans ce parrainage officieux, la commune de Colmar, en tant que telle, ne s'impliquait pas plus que celle de Strasbourg dans son parrainage officiel.
 
Commandant de L'Alsacien Pendant mon embarquement le Capitaine de corvette Tripier,
Nom
Chantier
Sur cale
Lancé
En service
Désarmé
F776
L'Alsacien
Lorient
02/07/1956
26/01/1957
27/08/1960
01/09/1981
Destinée: 1986: Coulé (cible) en MéditÉranée, par le Sous Marin Flore
 
Caractéristiques principales
 
 
Dimensions
Longueur hors tout: 99,8 m.
Largeur maximale: 10,30 m.
Tirant d'eau: 4,30 m.
Déplacement
Déplacement lège: 1528 t.
Déplacement pleine charge: 1702 t.
Autonomie
Distance franchissable: 4500 nautiques à 15 nœuds.
Combustible: 390 tonnes de mazout.
Détection
1 radar de veille combiné DRBV-22A.
1 radar de navigation DRBN-32.
1 radar de conduite de tir DRBC-31.
1 détecteur de radar ARBR-10.
2 sonars dont 1 DUBA-1 et 1 DUBV-1 puis DUBV-24.
Equipage
A l'origine: 13 officiers, 185 off.-mariniers et QMM.
En fin de carrière: 9 officiers, 52 off.-mariniers, 109 QMM.
Energie - Propulsion
2 chaudières dissymétriques Indret timbrées à 35 kg/cm² et surchauffe à 385°.
2 turbines à engrenages.
Hélices: 2 hélices.
Puissance: 20 000 Cv (14718 KW).
Vitesse maximale: 27 nœuds (29 nœuds en essais).
Production électrique: 3 diesel-alternateurs Renault de 180 Kw et 1 de 250 Kw (790 Kw au total).
Armement
4 canons de 57mm modèle 51 sous 2 tourelles.
2 canons de 20mm Oerlikon.
12 tubes lance-torpilles de 550 mm pour torpilles K2 puis L3 installés sur 4 plateformes triples sans valises de recharge.
1 mortier ASM de 305mm quadruple.
Drôme
A l'origine: 1 baleinière de 7 mètres, 1 youyou de 3,5 mètres et 1 embarcation pneumatique de 6 places;
En 1972 (sauf groupe M): ajout d'un 2ème pneumatique de 6 places.
 
Objets de tradition de l'escorteur rapide L'Alsacien.
 
Médailles Insignes
 
 
Évolution principales par rapport aux E52:
Suppression du LR 375 et remplacement pour un mortier ASM de 305 mm quadruple.
Suppression de la tourelle de 57 arrière haute, emplacement du mortier.
Suppression des valises de rechanges pour tubes lance-torpilles.
Installation d'une cheminée profilée Strombos-Valensi.
Remplacement d'un des 4 DA de 180 KW par un DA de 250 KW.
Dans les années 70, remplacement du DUBV1 par un DUBV24.
Le Vendéen: reclassé bâtiment d'expérimentations le 01/01/81, reçoit un TLT de 550 plage arrière.
 
Description de l'armement
Torpilles:
Dès les premiers escorteurs rapides des torpilles "acoustiques" sont installées. Le premier type a avoir été installé est la K2, dont le poids était de 1100 kg. Elle est suivie par le type L3 à partir de 1962. Celle-ci pèse 900 kg et est longue de 4.30 m. La vitesse n'est que de 25 nœuds, mais la portée est de 5500 mètres, de plus elle peut atteindre 300 m de profondeur.
Lance-roquettes:
L'autre arme anti sous-marine embarquée sur les escorteurs rapides, était un dérivé du "hérisson" de la 2ème guerre. Celle-ci consisté en un lance-roquettes sextuple de marque Bofors de 375 mm. Sur les type E50, celui-ci se trouvait juste devant le télépointeur de 57 mm, sur les types E52, il se situait à l'avant, devant l'affût de 57 mm avant. Cette arme lance une roquette de 2.15 m et de 300 kg à une distance de 3100 m. La cadence de tir est d'une roquette par seconde. Cette arme simple et économique est particulièrement adaptée aux cibles immergées entre 6 et 300 m. Le LR375 n'étant pas prêt à l'admission au service actif des 4 E50, ils reçurent sur leur plage arrière des grenadeurs de sillage qu'ils garderont tout au long de leur carrière.
Mortier de 305mm:
Sur les escorteurs du type E52b, Les Alsacien, Provençal et Vendéen, le lance-roquettes de 375 mm est remplacé par un mortier quadruple de 305mm. Cette pièce est installée à l'arrière, à la place du 2ème affût de 57 mm, juste derrière le télépointeur de 57 mm. Cette arme a également été installée à bord des avisos-escorteurs du type Commandant Rivière.
Artillerie de 57mm:
Les escorteurs rapides reçoivent dès le début une artillerie anti-aérienne de 57 mm, répartie en 3 affûts doubles, 1 sur la plage avant et 2 à l'arrière. Sur la série E52b, le 2ème affût, celui sur le roof de la plage arrière est remplacé par le mortier de 305 mm. Les canons de 57 mm sont de modèle 51, de longueur 60 calibres. L'affût double pèse 17 tonnes. Le projectile de 2.96 kg, est lancé à une vitesse de 956 m/sec, à la cadence de tir de 60 coups par minute. La portée pratique est de 3000 m.
Artillerie secondaire de 20mm:
L'artillerie secondaire se compose de 2 canons Oerlikon de 20 mm. Ces pièces sont situées sur chaque bord, sur le roof central à l'arrière de la cheminée, au niveau du mât arrière. Ces canons classiques sans pointage automatisé, ne sont utilisés qu'en dernier recours. Leur portée pratique est de 900 m, l'obus de 20 mm pèse 120 grammes et sa vitesse initiale est de 830 m/sec, la cadence de tir est de 450 coups par minute.
 
L'escorteur rapide L'Alsacien à la mer (1962).